SOLO T1 & T2

 Tome 1 : les survivants du chaos
Tome 2 : Le cœur et le sang
Genre : fantastique
Illustrateur / Scénariste : Oscar Martin
Éditeur: Delcourt
Collection : Contrebande
Parution : Juillet 2008 et T2 Janvier 2016
ISBN : 9782756041704

Résumé Tome 1 : Dans un monde post-apocalyptique où chacun peut devenir la proie d’un autre, Solo va devoir apprendre à se battre pour survivre. Un récit bad ass, fantastiquement mis en image par Oscar Martin. Ravagée par les armes nucléaires, la Terre a muté et de nombreuses espèces animales ont développé une taille et une intelligence semblables à celle des humains. Pour faciliter la vie de sa famille, Solo, un jeune rat, décide de prendre la route. Dans ce monde hostile, Solo va devoir devenir le meilleur guerrier pour survivre.

Tome 2 : Hum comme on le voit sur la couverture Solo est amoureux et.. aime d’autre gens oui, oui ! Alors vous comprenez ce n’est plus le même. J’en dis pas trop déjà que…

Mon avis :

etoile-35

Alors moi j’ai beaucoup aimé. Pourquoi quoi quoi ? Une BD qui était toujours empruntée à la bibliothèque et je l’ai enfin attrapé ! A moi, amoimoi !
L’univers est BAD ASS. C’est ça ! Le rat se veut gros barbare avec ce petit côté.. philosophe.. avec la voix off de ses pensées. Il se pose beaucoup de questions existentielles dans ce monde post-apocalyptique… : la vie c’est de la merde ?… on est que des bouts de viande ?.. etc (bon un peu mieux dit quand même haha). Je ne sais pas si ça se veut naïf, maladroit ou non,  mais en tout cas  j’adore et j’ai l’impression que c’est tout à fait assumé ! Oui il y a aussi de l’humour de la part d’Oscar Martin alors je pense qu’il a du recule là dessus ! Enfin j’espère (?) Ouaais du gros lourdo du bon macho comme il faut, une sorte de catharsis : on crie, on a mal et on est content ! Alors on suit ce petit rat Solo rejeté de sa famille car on n’a pas a mangé pour tout le monde et Dieu sait que les rats on beaucoup d’enfants. Voila après il y a pleins d’aventures mais je ne vais pas en dire d’avantage sinon, bin, vous saurez tout !

Alors ce qui est génial dans cette BD sont les dessins. Le rythme est super on saute de case en case avec autant de souplesse que notre héros dans ses acrobaties. On n’est pas perdu. En effet, je trouve que ce n’est pas toujours évident dans les BD de comprendre ou on en est dans les bagarres, hors ici ce n’est pas le cas !  Le gros plus : à la fin de la BD il y a un carnet de croquis et d’explication. Il définit chaque race : potentiel / environnement / rapidité etc..avec graphique / logo. Il y a véritablement tout un univers qui est travaillé. (C’est pourquoi il faut relire la BD)

Ce que je reprocherais dans le tome 2 s’est la couverture… Je trouve que cette couverture en dit trop…Solo n’est plus..solo hum (?!) sinon cette BD suit son rythme et est aussi cool que la première !
Seconde chose que je reproche tout de même.. c’est qu’il manque de filles et… attendez.. bon il y a son amoureuse qui chasse mais sinon ? Si si… il y a une catégorie juste de fille et vous savez laquelle..? Des… prostitués haha… mais bon des prostituées qui tuent donc ça va…

Cette BD vous plaira si vous aimez :

La baston et du sang
-Un bon coup de crayon
-Un monde post-apocalyptique
-Des bons gros méchants
-De l’action !!

solo-delcourt-oscar-martin

 CONFITEOR DE JAUME CABRE

confiteor-jauma-cabre-babel

Auteur : Jaume Cabré
Editeur : Actes Sud
Collection : Babel
Parution : mai 2016
Genre : Roman
Pages : 928
ISBN : 978233006443

Résumé : Avant que la lucidité ne le quitte à jamais, un homme écrit à la femme de sa vie, dans le chaos absolu d’une mémoire vacillante, de longs feuillets recto/verso. D’un côté : l’itinéraire d’un enfant sans amour et l’affliction d’un adulte sans dieu ; de l’autre : l’histoire du Mal souverain.  Confiteor (en latin : je confesse) est une véritable cathédrale profane.

Mon avis :

etoiles-a

WAHOU ! Encore un coup de cœur ? Oui ce livre fait partie des livres qui ont changé ma vie. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais après cette lecture je me sens plus… sereine ? Cet homme si talentueux ne cherche pas la reconnaissance avant tout mais le bonheur. Enfin bon je m’écarte. Mais il y a tellement de choses à en dire qu’il est difficile de ne pas partir dans tous les sens ! Je vais faire du mieux promis !

Donc Adrià personnage principal écrit un manuscrit sur sa vie qu’il dédie à sa femme avant de perdre la mémoire. J’ai trouvé ça troublant, un homme si cultivé qui perde la mémoire ça brise un cœur de renarde là. (snif, une larme)
Il est vrai qu’il est difficile à lire. L‘écriture n’est pas compliquée mais le fil conducteur peut se suffire à des objets qui nous rapportent à d’autres histoires ! Donc on s’accroche les premiers chapitres mais je jure ça vaut le coup ! Ces histoires sont toujours reliées à sa famille ou à l’origine des objets.
Les objets (dont un violon en particulier) sont importants car le père d’Adrià est antiquaire. Donc ces fils conducteurs nous ramènent, en plus de la vie d’Adrià, à ces trois autres récits :

  • vivre l’angoisse des moines des monastères de Sant Pere del Burgal et de Santa Maria de Gerri;
  • assister au meurtre de Jean-Marie Leclair
  • être témoin de certaines horreurs de la Seconde Guerre Mondiale ! Brr…

En même temps de tout ça des brides de la vie D’Adrià nous est racontées. Oui ça en fait des choses. Comment faîtes-vous Jaume Cabré ? Attention rien n’est gratuit tout est relié. Adrià commence par l’histoire de sa jeunesse, un petit garçon qui vit sans l’amour de ces parents. Eux n’ont qu’une obsession : Le père veut que son fils devienne un humaniste polyglotte et la mère veut faire d’Adria, un virtuose du violon. C’est par là que tout commence, il veut comprendre, nous voulons comprendre.
Pourquoi vit-il sans amour ? Pourquoi ses parents ne s’aiment pas ? Pourquoi cette obsession de la réussite ou d’un idéal de vie pour leur fils ? J’ai aussi beaucoup aimé le lien avec ces objets. Des objets qui ont une vie aussi. Les objets peuvent nous apprendre tellement de choses…
Ce qui m’a troublé également et cette histoire d’amour que vit Adrià avec cette jeune femme. Un amour tellement bien dépeint, un amour véritable qui ne demande rien en retour, un amour qui ne s’explique pas… mais… un amour impossible perpétuellement contrarié… Aïe.

Adrià qui désire son libre arbitre pour sa vie futur va-t-il y parvenir ? Je ne dirais rien mais son choix reste tout de même très surprenant et fait réfléchir !

Structure du récit inattendue
-Des sentiments très forts
-Des secrets de famille
5 siècles d’histoire et pas moins de six pays
-Des personnages complexes
Omniprésence de la culture et de l’art (écriture / musique / dessins)
-Des questionnements sur le bonheur

( Jaume Cabré : Né à Barcelone en 1947, Jaume Cabré est l’un des écrivains catalans les plus reconnus par la critique et les lecteurs, récompensé par le prix d’honneur des Lettres catalanes en 2010. En 2013 a paru chez Actes Sud son roman Confiteor. )

« Mes succès et mes erreurs sont de ma responsabilité, de ma seule responsabilité. Il m’a fallu soixante ans pour voir ça. »

coup-de-coeur

LA HORDE DU CONTREVENT D’ALAIN DAMASIO

horde

Auteur : Alain Damasio
Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
Parution : le 05 mars 2015
Genre : Imaginaire
Pages : 736
ISBN : 9782070464234

 Résumé : Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

Mon avis :

etoiles-a

Ce livre m’a été recommandé à la librairie ou j’ai fait mon stage. Et je les remercie pour ça, quel coup de cœur ! Ce roman a reçu le prix de l’imaginaire 2006 et je comprend tout à fait pourquoi, je l’ai dévoré !

Transportée dans une époque inconnu, je me suis retrouvée sur une terre ou le vent ne cesse de souffler dans la même direction. De génération en génération se créent des hordes qui ont le même objectif : trouver l’origine du vent. Je trouve l’histoire très originale, l’univers est complet autant dans le langage employé (des expressions inventés, un accent différent) le contexte et la profondeur des personnages.  Le livre décrit une des dernière horde formée, elle a acquis les compétences et le savoir faire des précédentes. Mais est-ce que cela est vraiment utile de mettre sa vie en jeux en connaissant les risques et sans savoir ce qui les attendent au final ? Absurde mais grandiose !  Faire cela juste par conviction motivés juste par un peu d’espoir et de soif de vérité au péril de leurs vies je trouvais ça très poétique. La plume de l’auteur crée un rythme génial, j’étais véritablement essoufflée à force de lutter contre ces rafales. Les mots sont vraiment minutieusement choisis.
Ensemble les personnages ne forment qu’une masse forte et solide. Alors qu’étudiés séparément ils deviennent  sensible et fragile… ils sont tout simplement humain.
Mes préférés sont :  ¿ Caracole le troubadour (j’adore les troubadours en général haha)  décrit comme un artiste très charismatique, libre et détaché de toute chose et Ω Golgoth le traceur dénué de toute empathie est né pour une seule chose : accomplir cette mission.

J’ai réellement senti que tout était minutieusement travaillé !

-L‘écriture est belle mais largement accessible
-L’univers est original
-Les personnages sont complexes
-La numérotation est inversée (nous sommes aussi à la recherche de l’Extrême-Amont)
-Les noms ne sont pas écrits, se sont des symboles qui les représentent ¿ ϒ Ω (c’est pourquoi il ne faut pas perdre le petit marque page !)
Petit plus => Un CD est fourni avec le livre dans la première édition

« Quand j’en ai assez de l’ombre, je prends un livre dans une salle pour voir un peu de ciel« 

coup-de-coeur

Qui est Mam’zelle Goupile ?

Mam’zelle Goupile aime les livres. Qu’ils soient petits grands ou abîmés, les romans, les BD, les albums jeunesse, et les beaux-livres. Depuis petite elle s’enivre de lectures.
Ils sont sa maison, son réconfort. Ils viennent d’un peu partout de la bibliothèque, des livres qu’on lui a prêté, d‘occasions ou neufs, il y a même la place pour les livres audio.
Comme vous allez le remarquer, elle a un petit penchant pour la période victorienne
Elle aime retrouver dans les livres : une autre époque (passé ou futur !), la nature, les non-dits, la psychologie des personnages, l’inattendu, l’imaginaire, des fois de la magie et bien sûr un peu d’amour.

Mam’zelle Goupile a un rêve même deux.. reliés aux livres… Peut-être qu’un jour elle vous dira en quoi ils consistent et elle vous partagera l’avancé de ce projet !

Mais d’abord Mam’zelle Goupile souhaite être avec vous autours d’un thé et donner son avis. Sans prétention juste échanger, donner peut-être quelques idées, certes subjectives mais partager les émotions procurés, et les nouvelles prises de conscience  (hé oui qui sait ?) !

 

elisabeth
Orgueil et préjugés de Jane Austen